De plus en plus de gens se questionnent à savoir si leurs difficultés peuvent être expliquées par une hypersensibilité sensorielle, émotionnelle, environnementale ou aux énergies subtiles. Bien que cette condition ne soit pas un trouble psychologique ou psychiatrique reconnu, il s’agit certainement d’une condition qui mérite d’être mieux compris et investigué.  Par conséquent, avec le temps, j’ai développé une expertise dans l’évaluation et le traitement de cette condition. J’ai fait une compilation des caractéristiques les plus souvent associées à cette condition, provenant tant de la littérature que de mes observations en psychothérapie. Oui nous observons très fréquemment des hypersensibilités dans la douance, mais ce n’est pas nécessaire d’être doué pour être hypersensible. Quoiqu’on est en droit de se demander si le fait de capter plus d’informations est un don en soi (même si plusieurs le voit parfois comme une malédiction!) Si vous vous reconnaissez dans la plupart de ces caractéristiques, cela mériterait d’en parler lors d’une consultation.

Les individus se plaignant d’hypersensibilité:

  • Ont un système nerveux très sensible et très réactif, sont toujours à fleur de peau, comme s’il n’y avait pas de filtre-tampon sensoriel et émotionnel entre eux et les gens.
  • Ont une hypersensibilité sensorielle, un seuil sensoriel neuronal très bas, pour capter (ou être agressé par) la lumière (visuosensible), les sons (audiosensible, oreille absolue), les textures de vêtements ou d’aliments, les touchers sur la peau, les odeurs, les goûts, la douleur.
  • Ont une hypersensibilité émotionnelle, ils sont comme des éponges émotionnelles; ils absorbent dans leur corps les émotions (et parfois même leurs intentions) négatives ET positives des gens autour d’eux.
  • Peuvent avoir une hypersensibilité physique, c’est-à-dire absorber la douleur physique de l’autre et le ressentir au même endroit dans votre propre corps.
  • Peuvent avoir une hypersensibilité aux énergies subtiles (l’énergie dans une pièce, l’énergie d’un objet, l’énergie d’une personne à distance, l’énergie spirituelle, prédire la température, l’énergie des animaux, des plantes, des arbres, de la nourriture).
  • Peuvent avoir une hypersensibilité/intolérance environnementale aux champs électromagnétiques (électrosensible), comme le WI-FI, les antennes radio et cellulaires.
  • Peuvent avoir une hypersensibilité/intolérance environnementale aux produits chimiques (à la médication, au café, à l’alcool, à la nourriture [gluten, lactose], peinture, teinture, essence, fumée de tabac, produits nettoyants, détergents, vernis à ongle, parfums, tapis neuf, réactions allergiques).
  • Se sont souvent fait critiquer d’être trop sensible, trop affectueux (« tu es un vrai pot de colle! ») et qu’il vaudrait mieux qu’ils se créent une carapace (to get a thicker skin!). Peut-être l’avez-vous déjà fait? Et à quel prix?
  • Comme enfant et adolescent hypersensible, ont souvent été jugé négativement et ont eu honte de leur sensibilité au lieu d’être supporté et compris par les autres.
  • Ont souvent tendance à se sentir saturé, envahit, submergé d’information (« C’est trop! J’en peux plus! Mon cerveau n’arrive plus à traiter l’information! Je suis saturé!), ce qui les amène à avoir tendance à s’épuiser souvent et mener à des burn-out.
  • Ont souvent besoin de s’isoler, de se retrouver seules dans leur bulle, loin des stimulations humaines (mais ne se permettent pas assez de le faire, car trop sensible au fait que l’autre ne veut pas être laissé seul), le but étant de se couper de toutes stimulations externes afin de se retrouver soi-même, se centrer sur ses propres émotions, besoins, désirs (et non toujours ceux des autres).
  • Savent que leur contact avec la nature leur fait un plus grand bien.
  • N’ont souvent pas compris pourquoi, contrairement à leurs amis(es), ils ont de la difficulté à avoir du plaisir dans les partys ou magasiner dans un gros centre d’achat, là où il y a plein de gens de toute sorte, de la musique forte, de la lumière forte et tout plein de stimulations. Cela créait même de l’anxiété, des étourdissements, de l’épuisement, de la souffrance, des attaques de panique, des maux de tête et d’autres douleurs (« Comme si un truck m’avait rentré dedans! »).
  • Prennent souvent beaucoup plus de temps que la majorité des gens à s’en remettre, à se calmer, après avoir été exposés à de grandes stimulations externes.
  • Ont parfois utilisé l’alcool ou des drogues pour bloquer leur hypersensibilité émotionnelle.
  • Ont souvent rêvé de ne plus ressentir quoique ce soit pour ne plus souffrir, d’être en colère ou de refuser leur capacité sensitive (« Y a-t-il un médicament qui me permettrait de ne plus me ressentir? »).
  • Ont l’impression qu’ils sont trop sensibles (à la souffrance humaine) pour être heureux.
  • Sont très empathique (empath!), plus précisément trop sympathique, c’est-à-dire qu’ils ressentent de façon très (trop) intense l’émotion de l’autre dans leur corps. Ont tendance à trop résonner avec l’émotion de l’autre (ce qui est la sympathie), ce qui peut nuire avec leur capacité de raisonner adéquatement avec l’émotion de l’autre (ce qui est l’empathie).
  • Sont des altruistes par excellence, c’est-à-dire que les besoins et les émotions fortement captés chez l’autre sont toujours plus importants à satisfaire que ses propres besoins (développant souvent un schéma psychologique d’abnégation, d’assujettissement ou de sacrifice de Soi). Ont tendance à donner sans attente de recevoir.
  • Par conséquent, ont souvent été victime d’abus de pouvoir, allant d’intimidation, d’harcèlement, de menaces, par les gens (même provenant des parents, de la fratrie, des amis) qui ont abusé de leur bonté, de leur gentillesse, de leur dévouement, de leur confiance, de leur amour et de leur naïveté. C’est comme s’ils attiraient sur leur chemin les personnalités dominantes et narcissiques (ayant un schéma : Tout m’est dû) qui semble de toute évidence les adorer (car ils reçoivent tant sans avoir besoin de redonner en retour!). Le pire? C’est que ces gens vont dire que les hypersensibles le font sincèrement avec joie et avec le sourire!
  • Ont tendance à avoir de la difficulté à affirmer, exprimer leur propre besoin, surtout s’ils savent que ce sera au détriment de l’autre.
  • Ont souvent eu le sentiment de ne pas avoir de sentiment d’identification ou d’appartenance avec les gens, de « fitter» nulle part (« Je suis vraiment un extra-terrestre », « Je ne viens vraiment pas d’ici », « Je ne suis pas de la même race que ces humains »).
  • Sont des personnes très intuitives et très créatives, comme s’ils captaient des informations « outside of the box»!. Ils sont très innovateurs dans leur domaine. Cela comprend beaucoup d’artistes, de gens visionnaires, d’inventeurs, d’entrepreneurs (If you feel as if you don’t fit into this world, it’s because you’re here to create a better one!”).
  • Ont un système nerveux qui les amènent à ressentir d’abord et réfléchir ensuite, contrairement au profil d’individu plus rationnels qui pensent d’abord (dû moins c’est ce qu’ils pensent) et vivent l’émotion ensuite. C’est la primauté de l’affect sur la cognition. Leur source de vérité est l’émotion (« Si je le ressens, c’est que c’est vrai »).
  • Peuvent avoir de la difficulté à expliquer ou communiquer clairement en mots leur ressenti (ce qui peut frustrer l’autre personne rationnelle qui se plaint de notre côté vague ou floue et… peu crédible au final). Après tout, comme faire confiance à la personne hypersensible qui se justifie en disant : « Ben, c’est parce que je le ressens fortement, c’est tout! ».
  • N’ont pas besoin de beaucoup d’amis pour être heureux et y sont très loyal. Préfère les interactions un à un qu’en groupe.
  • N’aiment pas trop les « small talk» car ça les épuisent pour rien et ça ne donne rien de bon.
  • Ont tendance à avoir des problématiques chroniques (de douleurs chroniques, de fibromyalgie, de fatigue chronique, d’anxiété chronique, d’épuisement chronique, problèmes de digestion chronique, ou des migraines chroniques), probablement une conséquence physique d’absorber et de mal gérer quotidiennement la souffrance des autres.
  • Ont tendance à avoir un faible système immunitaire (donnant par exemple souvent des allergies), probablement une conséquence physique de la constante attaque ressenti par le corps.
  • Ont tendance à avoir énormément d’amour à donner et sont très dévoués à l’autre! Se font souvent dire qu’ils ont tellement un grand cœur généreux!
  • Ont tendance à se sentir souvent submergé par les demandes familiales ou provenant de leurs enfants qu’ils absorbent quotidiennement.
  • Ont tendance à se sentir souvent coupable! Car ils aimeraient tellement donner encore plus, mais leur fatigue ou leur sentiment d’être constamment submergé les amènent à avoir des réactions de débordements dont ils ont honte.
  • Ont une hypersensibilité aux gens qui leur drainent leur énergie (les vampires d’énergie), que ce soit conscient ou inconscient de leur part.
  • Si je suis introverti, cette hypersensibilité émotionnelle à l’autre a tendance à inhiber mes actions (et développer une timidité, une attitude réservée, contenue, en contrôle).
  • Si je suis extraverti, l’émotivité exprimée est souvent qualifiée de trop intense de la part des gens.
  • Les hommes hypersensibles ont tendance à se faire intimider et se faire dire qu’ils sont trop faibles, « fifi », trop « fille », trop « bébé » et qu’ils devraient agir comme un homme viril et fort! Ils développeront souvent une honte sociale de leur sensibilité, menant souvent à une anxiété (phobie) sociale.
  • Les femmes hypersensibles, quoique légèrement plus acceptées que les hommes, ont tendance à faire peur et à se faire dire qu’elles sont des sorcières qui devinent beaucoup de choses, ce qui fait peur aux hommes (et à leur pouvoir de domination). Pour ne pas se sentir rejeter par les hommes, ou par la société, beaucoup de femmes vont cacher leur sensibilité, surtout intuitive.
  • Se sentent mieux en campagne ou dans une petite ville quand dans les grandes villes remplies de stimulations.
  • Ont tendance à être rêveur et idéaliste, jugés par certains comme étant utopique.
  • Aiment s’identifier et se projeter dans des histoires fantastiques ou de science-fiction qui les transportent dans un monde différent de la réalité quotidienne.
  • Ont tendance à s’intéresser aux films de gens qui ont des dons et des pouvoirs

 

Lectures suggérées

Aron, Elaine. The Highly Sensitive Person: How to Thrive When the World Overwhelms You. New York: Broadway Books, 1997.

Aron, Elaine. The Highly Sensitive Person in Love: Understanding and Managing Relationsships When the World Overwhelms You. New York: Harmony, 2001.

Aron, Elaine. Hypersensibles mieux se comprendre: Mieux se comprendre pour mieux s’accepter.

Aron, Elaine. Ces gens qui ont peur d’avoir peur. Éditions de l’Homme 2013

Orloff, Judith. The Empaths, Survival Guide Life Strategies for Sensitive People. Colorado: Sounds True, 2017.

Orloff, Judith. Le guide de survie des hypersensibles empathiques. Éditions Leduc, 2018

Orloff, Judith. Thriving as an Empath: 365 Days of Self-Care for Sensitive People. Colorado: Sounds True, 2019.

Orloff, Judith. Essential Tools for Empaths: A Survival Guide for Sensitive People. Colorado: Sounds True, 2017.

Orloff, Judith. Hyperempathique moi ? Guy Saint-Jean Editeur, 2018.

Orloff, Judith. Merland, Véronique. Hypersensible et épanoui. Éditions Leduc, 2019.

Tomasella, Saverio. Hypersensibles: Trop sensibles pour être heureux? Paris: Groupe Eyrolles, 2013, 2016.

Tomasella, Saverio. A fleur de peau. Laval: Guy Saint-Jean éditeur , 2018.

Midal, Fabrice. Suis-je hypersensible: Enquête sur un pouvoir méconnu. Paris: Éditions Flammarion, 2021.

Lo, Imi. Hypersensible et heureux: Votre extrême sensibilité est une force !  Larousse, 2019.